Travaux préparatoire au sacerdoce – Johane

Unité 1 « Je me tiens devant Toi les mains vides, au début du chemin »

Par Johane Filiatrault

  1.  Pensez à une personne de la Bible qui s’est tenue devant Dieu les mains vides…

Je pense à deux femmes de la Bible qui se sont tenues devant Dieu les mains vides et qui ont tout attendu de Lui : Esther et Judith.  Elles éprouvent toutes deux un amour indéfectible pour leur peuple; elles risqueront toutes deux leur vie pour sauver les leurs.

Autre point commun entre elles : pour obtenir le salut de leur peuple, elles useront toutes deux de leur seule arme, leur seul pouvoir : leur charme féminin…c’est-à-dire tout leur être, toute leur personne, en s’engageant corps et âme.

 

Esther est la jeune femme sensible et peu sûre d’elle, soumise et hésitante; Judith, la femme d’expérience, mature et déterminée.

Dans le livre d’Esther, Mardochée – figure du Christ – confie à la jeune reine la mission d’obtenir le salut de son peuple ; et c’est par esprit d’obéissance qu’elle quêtera la clémence du roi Assuérus et sera victorieuse dans sa requête.  Voici un extrait qui me parle particulièrement dans la prière qu’elle fit avant de paraître devant Assuérus :

« Viens à mon secours, car je suis seule et n’ai d’autre recours que toi, et je vais jouer ma vie. » (Est 4,17l)

« Et nous, sauve-nous par ta main et viens à mon secours, car je suis seule et n’ai rien à part toi, Seigneur! » (Est 4,17t)

 

     Comme Esther, Judith prendra le sac et la cendre et priera son Dieu avant d’aller affronter l’ennemi de sa nation.  Mais, contrairement à Esther, c’est d’elle-même qu’elle prendra l’initiative de sa mission; personne ne l’y appellera, sinon le manque d’espérance qu’elle constate chez les chefs de sa nation.  Elle aussi se situe devant Dieu les mains vides et ne compte vraiment que sur Lui pour obtenir la victoire :

« O Dieu, mon Dieu, exauce la pauvre veuve que je suis… » (Jdt 9,4)

« Donne à ma main de veuve la vaillance escomptée… Brise leur arrogance par une main de femme. » (Jdt 9, 9-10)

Ces deux femmes se sentent investies d’une mission de Dieu qu’elles se savent incapables d’accomplir sans son secours.  Je me sens comme elles, au seuil de cette démarche vers le sacerdoce, démunie mais confiante.

Voici le symbolisme du dessin que j’ai  joint sur la page suivante :

Les mains vides devant Dieu, je quête de Lui la nourriture qui donnera la vie à mon peuple.  Je désire – par le sacerdoce – devenir nourriture pour repaître ceux qui ont faim et soif.

Dessin de Johane

2.  Vos attentes en ce qui concerne le programme de formation

J’attends du programme qu’il m’aide à prendre conscience des capacités pastorales qui m’habitent et qu’il me donne des outils pour développer ces capacités.  Je pense que le sacerdoce n’est pas d’abord une fonction mais un état d’être.  Il ne s’agit donc pas tant de « devenir prêtre » que de l’être de plus en plus chaque jour.  Je voudrais que le programme m’aide à trouver des manières parlantes de vivre et de faire vivre les sacrements aujourd’hui.

 

Le programme de formation me semble très pertinent parce que je pourrai y expérimenter, y approfondir et y partager mon vécu sacramentel et sacerdotal.  J’apprécie ce programme surtout parce qu’il est très concret et très souple;  aussi parce qu’on ne m’y demande pas d’apprendre des notions par cœur mais bien d’approfondir ma compréhension des choses.

3.  Mise au point sur mon parcours personnel vers la prêtrise

Depuis que j’ai l’âge de 14 ans, je tiens un journal intime dans lequel j’écris mes états d’âme et mes aspirations, de manière plus ou moins régulière – au gré des évènements spirituels parlants et des prises de conscience progressives. 

En ajoutant quelques notes explicatives au besoin, je me servirai d’extraits de ce journal pour faire le point sur mon parcours vers l’ordination.

5 juillet 1976

Déjà 15 ans que j’existe, que je vis.  Je ne sais ce que cette année me réserve – qui peut prédire l’avenir? – mais j’ai bon espoir et je la mets entre les mains de Dieu.

 

2 août 1978

Il me semble que ce passage du 5 juillet 1976 résume ma vie, mon cheminement, mes espoirs.  Oui Dieu m’a prise en main, Dieu m’a changée, Il m’a guérie, Il m’a aimée et choisie.  Je veux que mon cœur et ma bouche chantent à jamais ses louanges, qu’ils proclament ses bienfaits à tous les hommes.

Mon Seigneur Jésus Christ, ma vie t’appartient.  Fais de moi ce qui te plaît, façonne-moi selon tes saints desseins, apprends-moi tout.

 

24 mars 1979

Je voudrais que Jésus transparaisse à travers moi, je voudrais qu’il éclate autour de moi en un million de parcelles d’amour.

 

11 avril 1979

…Je me suis alors rappelée combien je voulais suivre Jésus jusqu’à la croix : être fou du Christ, ça implique plonger dans l’inconnu quand on sent en soi l’appel de Dieu, ça implique une confiance totale en Dieu, même dans des situations qui te semblent absurdes avec tes yeux d’humain, ça implique d’abandonner tes vains raisonnements et tes vaines excuses pour suivre l’appel de Dieu, quel qu’il soit.

 

22 octobre 1980

Seigneur que veux-tu que je fasse?  Les pauvres m’appellent et  ces pauvres, ce sont pour moi les jeunes perdus, ceux qui ne croient plus en rien, ceux qui n’espèrent plus rien : tous ceux qui te cherchent sans le savoir.

Douce Lumière éclaire-moi.  Seigneur que veux-tu que je fasse?  Mes deux mains sont à toi!  Je suis ta servante.  Je veux te suivre, te ressembler, répandre ton nom.

Prends pitié, oh mon bon Berger.  Ramène à toi tes petits.  Fais de moi ton pâtre.  Bénis sois-tu oh mon Dieu d’exaucer ma prière.  Sois la Joie du monde!  Sois la Paix des hommes!  Amen.

 

9 décembre 1980

Qu’est ce que je peux faire pour le monde, mon Dieu?  Le monde qui souffre…  Oh mon Seigneur, celui que tu aimes est malade!  Sauve le monde!  Qu’est-ce que tu veux que je fasse Seigneur?  Je ne peux rien.  Mes efforts ne mènent à rien, c’est du vent.

Éclaire-moi, toi, ma Vie!

Donne-moi des yeux pour voir, Seigneur; pour voir l’injustice et la haine.

Donne-moi des mains, Seigneur, pour réconcilier le monde, pour reconstruire l’homme.

Donne-moi la force de la Joie mon Seigneur!  Sois ma Joie.

Qu’est-ce qu’on est en train de faire à tes petits mon Seigneur?

Lève-toi pour sauver ton peuple.

 

16 décembre 1980

Fais de moi ta lumière, Seigneur.  Fais de moi ta source.  Abreuve tes petits par moi, mon Dieu.  Fais mon  cœur à la dimension du monde.  Fais de mon cœur une maison pour tes petits, tes petits enfants, ceux que tu veux ramener à toi, ceux que tu aimes par-dessus tout, ceux que l’on blesse, mon Dieu, ceux à qui on n’enseigne plus la vie.  Oh, mon Seigneur, prends pitié car celui que tu aimes est malade!

 

25 décembre 1980

Ce soir, Seigneur, tu m’as fait un si beau cadeau en me permettant de proclamer ta Parole, ce que j’aime tant!

 

30 décembre 1980

Tu te souviens – l’an dernier lors d’une prière communautaire – la grâce magnifique que tu m’avais donnée : le désir séduisant d’être « prêtre » et pasteur, ce goût immense de me donner totalement à Toi et cette facilité que j’ai eue à communiquer ce désir naissant en moi…

 

2 janvier 1981

Être un discret levain dans la pâte, travailler sans bruit, n’être rien d’autre qu’une femme qui cherche.  Qu’aucune barrière ne me sépare des petits…  Comme toi, Jésus, comme le prêtre séculier, comme le pasteur d’une communauté.  Car, bien sûr, j’aurai besoin de la communauté mais de celle que tu dessines dans mon cœur, Seigneur.  Je voudrais que tu me dises : Pais mes brebis.  J’en serais si heureuse.  Mais, que ta volonté se fasse : ce sera mon chemin de bonheur!  Amen.

 

19 mai 1982

Seigneur qu’attends-tu de moi?  Quelle place prépares-tu pour moi, ta petite servante?  Il me plairait Seigneur d’être la dernière dans ton Royaume.  Tout ce que je désire c’est de contempler ta Face.  Le reste compte si peu pour moi.  Ce matin, Jésus, je me présentais à toi les mains vides.  Que pourrais-je t’offrir Seigneur puisque tu m’as tout donné?  À toi revient toute gloire.  Mes mains de mendiante se tendent vers Toi pour tout recevoir.  Je n’ai pas une goutte de génie à t’offrir : ces jours-ci, ma prière est distractions…  Et mon amour est si fade pour ceux que tu mets sur ma route : je ne sais pas trouver les paroles de tendresse, je ne sais pas m’oublier pour brûler d’amour pour eux.  Et toutes ces tentations des jours derniers m’ont permis de prendre conscience de mon infinie faiblesse, de ma radicale impuissance à combattre le mal si séduisant pour mon cœur faible…  Je sens bien que c’est toi qui me rends victorieuse de ces tentations.  Sur moi le mal a tout pouvoir mais sur Toi aucun.  C’est Toi qui me sauves.

… Oui, mes mains sont vides devant toi Seigneur car tout me vient de toi.  Comme je suis heureuse d’être ainsi, nue devant toi.

 

2 avril 1982

Je savais depuis quelque temps que nous allions célébrer le pardon ce soir-là.  Depuis quelques jours, le Seigneur préparait mon cœur à recevoir ce sacrement.  Il faisait la lumière en moi sur ce qui était vraiment mal, sur ce qu’il voulait que je confesse pour m’en guérir.  Alors j’ai demandé au Seigneur de me faire saisir ne serait-ce qu’une parcelle de l’infinie joie qu’il éprouve en me couvrant du manteau de son pardon, de me faire goûter la joie d’être l’objet de sa miséricorde infinie, la joie de me jeter en toute confiance dans les bras de mon Père…

Quand est venue l’heure de la confession individuelle de nos fautes… je me sentais légère et heureuse.  Pour la première fois de ma vie, il n’y avait aucune crainte en moi; seulement une douce hâte, une joie d’enfant.

Quand je me suis agenouillée pour me confesser, comme j’étais heureuse d’être faible et pécheresse, heureuse d’être toute petite devant mon Seigneur et d’avoir besoin de son salut.  Comment dirais-je la joie qui m’habitait lorsque j’ai reçu l’absolution, une joie pure, une joie d’enfant…  Je me sentais en communion avec mes frères et sœurs.  « Voyez qu’il est bon, qu’il est doux d’être frères, tous ensemble. »… L’amour du Seigneur m’enveloppait de toutes parts.

…Ce soir-là où j’ai été lavée de mes fautes, mon cœur était celui d’une fiancée toute parée pour son Époux.  Je me sentais comme revêtue d’un vêtement de noce e mon Époux se tenait devant moi.  Il y avait en moi plus de joie que je ne pouvais en contenir.

 

17 février 1983 (Au monastère)

Si j’étais prieure, ma première entreprise serait d’arracher la grille et le mur du confessionnal! Oh Mon Jésus, quelle folie d’enfermer ainsi la Miséricorde!  Pauvre Amour emprisonné!  Qu’il nous faut réapprendre l’Amour!  Qu’il nous faut réapprendre la tendresse!  O Jésus, qu’éclate ton Amour comme un torrent débordé de son lit!  Que tes prêtres soient brûlés au cœur, que ton Amour les consume! Que les formules apprises deviennent source jaillissante en Vie éternelle!  Que ton Église resplendisse de sainteté!  Qu’enfin, tu sois elle, et qu’elle soit Toi!

 

17 octobre 1983

Il y a en moi un tourment grand comme le monde : je désire ardemment voir mon Jésus reconnu et aimé, je désire voir s’établir dans tous les cœurs son règne d’Amour, de Joie et de Paix.  Je voudrais révéler son Amour aux hommes de tous les temps et de tous les lieux.  Mais comment le puis-je…?  Plus que jamais, je sens l’absolu néant de mes pauvres moyens : je ne sais comment atteindre, comment connaître Celui que mon cœur aime, je sais encore moins comment le dire et le donner à ceux que j’aime.  Je suis torturée de voir la froideur de mon cœur et la fragilité de mon corps faire écran à sa Glorieuse Beauté que je me meurs de laisser transparaître sans altération aucune.  Tout Aimé Jésus, ma cause est dans ta main.  Tu peux tout!

________________________________________________________

 

Ce bref survol de mes pensées intimes donne un aperçu de l’intense désir de donner Jésus qui m’habite depuis bientôt 30 ans.  Un désir que j’ai parfois exprimé en l’associant au désir d’être prêtre ou pasteur, tout en étant très consciente que j’utilisais là une analogie – puisque le sacerdoce n’était même pas pour moi une possibilité, ni dans mes pensées, ni dans le concret.

Vers 2003, j’ai vécu une intense crise intérieure face à l’appel de Dieu sur moi.  Crise qui a culminée lors d’un pèlerinage à Ars en juillet.  Je me rappelle de ma prière d’alors qui n’était qu’un cri de contestation face à Dieu.  J’étais profondément touchée par l’action pastorale du saint curé qui brûlait d’enseigner la voie et de conduire à Dieu.  Et je saisissais profondément que, s’il avait tant pu toucher les cœurs, c’était à travers les sacrements qu’il avait le « pouvoir » de conférer; surtout le sacrement du pardon.

J’ai beaucoup pleuré à Ars sur « l’appel à donner Jésus » qui me bouleverse tant depuis tant d’année, en criant au Seigneur : « Comment peux-tu mettre en moi un tel désir de te donner au monde sans me donner les moyens de le faire? »  (Pour moi, seul les sacrements ont le pouvoir de donner Jésus.)  « Comment te donner sans être prêtre? »

 

C’est quelques mois plus tard, de retour chez nous, que j’ai eu la grâce de rencontrer Holly Ratcliffe, prêtre anglicane.  Par son témoignage, cette femme a ouvert en moi un chemin de paix : la possibilité d’être prêtre un jour.  Mon mari et moi avons alors cheminé un temps chez les anglicans en nous questionnant sur la possibilité d’être ordonnés chez eux.  Mais un an et demi plus tard, nous avons réalisé que nous étions trop profondément catholiques de cœur pour devenir prêtres d’une autre confession.  C’est alors que nous nous sommes tournés vers le mouvement des femmes prêtres dans l’Église catholique.  Voilà donc où j’en suis dans mon parcours vers le sacerdoce.

 

Unité 2 – Prophétesse par la force du baptême

Par Johane Filiatrault

2.3    Jean le Baptiste : que signifie sa position radicale pour nous les femmes quand nous préparons notre ordination ?

 Tout, dans l’évangile, est radical.  La vie du Christ était elle-même tout à fait radicale : son célibat, ses prises de position, sa manière de parler… et de mourir, sa pauvreté.  Jean le Baptiste, pour sa part, est celui qui préfigure le Christ.  Son baptême d’eau, également, préfigure le feu de l’Esprit Saint qui procède du Père et du Fils.

Jean le Baptiste, dès sa vie intra-utérine, a intensément vécu sa vie comme en attente de la visite du Très Saint.  Dès le ventre de sa mère, il a connu la grâce d’une telle visite; et dès lors, toute son existence s’en est trouvée bouleversée.  Après une telle visite, plus rien de terrestre n’avait d’attrait pour lui : quand on a goûté la suavité de l’Éternel, plus rien, après, n’a de saveur comparable.  C’est pourquoi le désert a été si longtemps et si précocement son refuge – loin de ce qui retient l’attention de ceux qui n’ont pas connu la visite de l’Éternel.

Pour Jean, rien ne compte, hormis cette visitation du Messie.  Dieu fait homme est venu jusqu’à lui, et il s’en est réjoui au point d’en tressaillir.  Désormais, toute sa vie sera un guet, une veille, un désir : il attend le moment où Dieu fait homme croisera de nouveau sa route.  Les sens de Jean sont affinés au désert, purifiés pour voir et sentir à la manière de Dieu.  C’est pourquoi, sans hésitation, il reconnaîtra le Christ quand celui-ci viendra à lui au Jourdain.

Pourquoi Jean était-il si radical, si intempestif quand il apostrophait ceux de sa génération?  Parce qu’il voulait leur permettre de vivre la suavité de la rencontre qui avait bouleversé sa propre vie.  Par amour pour ceux de sa génération, il était prêt à tasser violemment tout ce qui nuisait à cette ultime Rencontre.  Il savait, lui, que seule compte cette Rencontre, et que tout le reste n’est que vanité et poussière, hormis l’Amour.  Voilà, selon moi, d’où origine le radicalisme de Jean le Baptiste.

Maintenant, comment être prêtre sans avoir connu ce tressaillement de joie qu’est la rencontre du Christ?  Et, si on l’a connu, comment ne pas être radical dans sa manière d’interpeller les gens?  Au fond, la question n’est pas de savoir s’il y a des prêtres qui ne vivent pas radicalement leur engagement.  La question est de savoir qui, aux yeux de Dieu, est vraiment prêtre, peu importe le titre qu’il ou qu’elle porte ou ne porte pas.

Quand l’Esprit Saint met son feu dans un cœur, il y a risque d’incendier le monde entier.

Si ma vie n’est pas radicalement au Christ, ne m’ordonnez pas, S.V.P.

Si ma manière de vivre ne crie pas son Amour, ne m’ordonnez pas S.V.P.

Si ce que je vous dis de Lui ne vous donne pas envie de Lui appartenir entièrement, ne m’ordonnez pas, S.V.P.

Enseignez-moi plutôt à l’aimer davantage jusqu’au jour où je ne serai plus qu’une vive flamme, pure brûlure, qui saura enflammer ceux qui cherchent Son Nom.

Être prêtre, c’est être un Feu.  Jean le Baptiste était un Feu.

 

2.5.  Théologie du sacrement du Baptême; réflexion sur mon propre Baptême

2.5.1 –  Baptême d’eau

J’ai été baptisée alors que j’avais 10 jours en la fête de saint Bonaventure (15 juillet) à la paroisse St-Bonaventure de Montréal.  Qu’est-ce qui s’est passé dans mon âme et dans ma personne ce jour-là?  Cela demeure dans le secret de Dieu.  Ce que nous savons avec certitude, c’est qu’un couple de parents catholiques ainsi que des représentants de cette institution ecclésiale se sont engagés ce jour-là à me conduire à la foi chrétienne et à me guider dans une démarche de conversion jamais achevée.

On reconnaît bien là le baptême d’eau que pratiquait Jean au Jourdain : un signe de l’engagement d’une personne sur le chemin de la conversion – avec, cependant, une dimension de plus que le baptême de Jean – la dimension trinitaire, la référence à la mort et résurrection du Christ.  Le baptême chrétien que j’ai reçu engage mes parents et guides religieux à me conduire à passer par la mort pour trouver la Vie.

Je pense effectivement qu’il est très légitime pour un parent chrétien d’élever son enfant dans cette optique.  Le parent chrétien qui est bien conscient des enjeux de cette vie terrestre voudra, jeune, travailler à la conversion de son enfant.  Il mettra toutes ses énergies et tout son cœur à reprendre son fils ou sa fille, à le (la) corriger, à lui inculquer la notion de l’autre et la connaissance du monde spirituel.

Bien sûr, au fur et à mesure que sa conscience s’éveille, le jeune baptisé pourra, à son tour, librement entrer dans cette démarche de conversion perpétuelle.  Le baptême d’eau – qu’un guide chrétien donne à un néophyte – correspond, selon moi, à la voie purgative dont parle Thérèse d’Avila.  Il s’agit d’une première Alliance entre Dieu et l’âme :

« Je te fiancerai à moi pour toujours; je te fiancerai dans la justice et dans le droit. »

(Osée 2,21a et b)

 

2.5.2.     Baptême de feu

Certains et certaines expérimentent un 2e type d’alliance spirituelle appelé « baptême dans l’Esprit Saint », expérience que j’ai personnellement vécue le 7 septembre 1977 alors que j’avais 16 ans, lors d’une soirée de prière charismatique.  Il s’agit d’une expérience ressentie comme l’envahissement total et soudain de toute la personne par la présence brûlante et aimante de Dieu.  Restera marqué dans l’âme et la conscience du sujet le ressenti indélébile de la douceur sans pareille et de l’incroyable puissance de la touche divine.  Cette expérience transformante ne dépend plus d’une volonté ou d’une action humaine, mais du seul vouloir divin – quoiqu’elle se produise habituellement au sein d’une communauté priante qui invoque la venue de l’Esprit et/ou suite à la prédication d’un envoyé de Dieu.

Ce baptême dans l’Esprit – ou dans le feu – est souvent mentionné dans les Écritures.  Jean le Baptiste ne disait-il pas :

« Pour moi, je vous baptise dans de l’eau en vue du repentir; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »  (Mathieu 3,11)

Le récit de la Pentecôte relate cette expérience de baptême dans l’Esprit qu’ont vécu ensemble les premiers disciples de Jésus après son ascension.  Dans les Actes des Apôtres, on voit Corneille et sa famille vivre cette même expérience grâce à la prédication de Pierre (Ac 10,44)

Le Baptême dans l’Esprit Saint correspond, selon moi, au début de la voie illuminative enseignée par la sainte d’Avila.  Le baptême d’eau aura engagé le (la) néophyte dans une ascèse et une pénitence sincère, préparant le terrain à la visite divine.  Le baptême de feu engagera pour lui (elle) une période de passivité transformante où Dieu lui manifestera son Amour et sa Présence de façon sensible et intelligible… l’instruisant, le rassurant et le comblant de ses tendresses consolatrices.  Il s’agit d’une deuxième Alliance entre Dieu et l’âme :

« Je te fiancerai à moi pour toujours… dans la tendresse et la miséricorde. »

                                                                                                                   (Osée 2,21 a et c)

  

2.5.3       Baptême de neige

J’ose vous raconter une expérience spirituelle très marquante que j’ai vécu le 22 décembre 1983 alors que j’étais au monastère depuis bientôt un an.  Ce que j’ai vécu là était vraiment pour moi un baptême – je l’ai toujours identifié ainsi – vécu très profondément dans une joie et une paix intense, une sérénité absolue.  Je vais, pour en parler, faire référence à mon journal intime afin de relater fidèlement l’expérience vécue.

Il faut d’abord vous situer dans le contexte : j’avais depuis quelques temps écrit une confession générale parce que je sentais profondément le besoin de le faire.  Je l’avais envoyée à mon directeur spirituel pour qu’il la lise, et ce jour du 22 décembre, il venait au monastère pour célébrer avec moi le rite de l’absolution (et mon entrée au noviciat).  Pour ma part, je vivais cette expérience comme une véritable et profonde renaissance…

 

Mercredi le 21 décembre ‘83

En retraite (de préparation au noviciat – dans l’infirmerie qu’on privilégiait pour les retraites parce que c’était un des lieux calmes du monastère)

Hier matin et ce matin, il a neigé des diamants… une poussière de lumière étincelante, tombée d’un ciel sans nuage tout ébloui de soleil.  Ravie oui, j’ai été ravie, ayant peine à croire la joie dont s’abreuvait mes yeux. 

Marc (mon directeur spirituel) vient demain matin…

Je comprends maintenant pourquoi Jésus a choisi l’infirmerie pour ma retraite : il voulait soigner ma blessure (le péché dans mon âme).

 

Tôt, jeudi le 22 décembre ‘83

« Que les cieux distillent la rosée, que les nuages répandent la justice, que la terre s’entrouvre et que le salut s’épanouisse, que la justice fasse éclater en même temps tous ses bourgeons. »

Il neige bien sûr : une fine poudrerie.  Je crois.  Je veux donner à mon Époux la joie de dire en moi : Mort, où est ton dard venimeux?  Enfer où est ta victoire?

Pendant l’office, j’ai demandé une grâce à Jésus, un cadeau de fiançailles : la réconciliation de…(un couple de ma parenté), la Résurrection de leur Amour; que l’infidèle soit surabondamment aimé, que du cœur ouvert par la trahison coule un fleuve de miséricorde qui transforme tout en lui, l’Amante comme l’Aimé. 

Ce n’est pas un signe que je demande : je n’ai pas besoin d’autres signes.  Il me suffira de recevoir le signe de la sainte absolution.  Par surcroît, mon Dieu me donnera à manger son Corps qui régénère, il me donnera à boire son Sang précieux qui purifie… que pourrais-je demander de plus?  Et pour ma joie, pour mon ravissement, pour mon cœur d’enfant, il a dépêché du ciel aujourd’hui ma toute pure petite sœur (la neige).

Non ce n’est pas un signe que je demande : je crois.  Ce que je mendie à mon Époux, c’est le premier fruit de nos Amours, c’est l’épanouissement de sa Victoire, c’est l’Avènement de son Règne… C’est sa joie que je mendie, pour ma joie.  Je veux donner à mon Dieu la joie de me combler… Je veux communier à mon Époux sans plus d’entraves désormais.  Je veux UN.

 

Chanson que j’ai écrite plus tard en référence directe à cette expérience du 22 décembre :

Mon Seigneur vous savez tout de moi : depuis ma misère jusqu’à ma misère. 

Me voici, je viens offrir ma misère.

Je n’ai rien d’autre : qu’elle serve à votre gloire pour notre joie.

Vous savez bien mes ténèbres; votre Amour les transfigure.

Au jour de mon Baptême (22 déc.), vous m’avez recréée à votre image, lavée, purifiée, parée comme Épousée.

Allégresse en mon âme!

Bonheur qu’aucune créature ne connût.

Terre et ciel acclame le Seul digne d’être loué!

O vous tous mes frères, ma Joie soit à vous!                                                                                     4 juin ’84      

 

J’ai nommé cette expérience « baptême de neige » pour illustrer que les sens n’y sont pas très présents (contrairement au baptême de feu) – la neige, c’est froid, paisible, léger et aérien.  Ça épouse le vent qui la fait danser à droite ou à gauche.  C’est souple et ça se laisse aisément modeler.  C’est humble et ça s’efface rapidement quand la chaleur advient.  C’est profondément silencieux et doux.  Ça se transforme en un épais manteau qui protège la terre contre les froids intenses.  Ça peut devenir une masse compacte et solide à la surface de laquelle on glisse aisément.  Mais la neige est surtout synonyme de pureté par sa blancheur étincelante et son amicale fraîcheur.

Autant d’images, donc, pour parler de cette étape de la vie spirituelle qu’est la voie unitive qu’a expliqué Thérèse d’Avila.  Les sens y sont plus ou moins engourdis mais l’esprit s’éveille avec une vivacité remarquable, se délectant toujours davantage dans la communion profonde avec Dieu.  Le lien entre Dieu et l’âme n’est plus seulement indélébile mais inaliénable.  Le don de l’âme à Dieu et de Dieu à l’âme est scellé à jamais, et la communion entre eux sera de plus en plus consciente et totale.  C’est la troisième et définitive Alliance :

« Je te fiancerai à moi dans la fidélité et tu connaîtras Yahvé. »  (Osée 2,22)

Il s’agit d’un baptême en ce sens que c’est une entrée dans une condition nouvelle, un seuil vers un nouvel état d’âme – un état de fidélité.

Le premier baptême donne l’âme à Dieu, le second donne Dieu à l’âme; l’ultime baptême est un don réciproque, une mutuelle Alliance, un engagement total l’un envers l’autre, le début d’une sereine fidélité, d’un côtoiement intime où chacun jouit profondément et constamment de la présence de l’autre – mais sans nécessairement la ressentir – il s’agit d’une jouissance spirituelle.

Connaître Yahvé, c’est vivre dans son intimité profonde, c’est entrer dans un inconcevable échange avec Lui.  Il se révèle, Il se dévoile au fur et à mesure que l’épreuve du temps consolide le lien mutuel.  Il s’ensuit un indicible abandon, une apaisante et inaltérable certitude, un amoureux et constant réconfort mutuel (…parsemé de nuits profondes).

2.5.4       Conclusion

Comme il n’y a qu’un seul Dieu en trois personnes, il n’y a qu’un seul baptême qui peut se déployer dans le temps en trois « touches » successives, au gré de la maturation spirituelle du sujet (le baptême d’eau correspondant à l’enfance spirituelle, le baptême de feu, à l’âge nubile et le baptême de neige à la période de maturité féconde), s’il s’investit totalement dans sa relation avec Dieu.  Comme dans l’amour humain, il n’y a pas de demi-mesure possible dans ce cheminement spirituel : s’arrêter en chemin nous prive des suavités profondes goûtées par ceux-là seul qui ont le courage de traverser les nuits transformantes sans dévier ni à droite ni à gauche (c’est-à-dire sans se figer dans des principes religieux statiques – la droite – ou sans s’enliser dans des détours boueux qui captent l’âme et la font dévier du cap entrevu – la gauche.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *