Parcours vers le sacerdoce avec le RCWP- Johane

Échange de courriels entre les responsables du RCWP et Johane

Depuis que j’ai rencontré le Christ à 16 ans (j’ai maintenant 44 ans), je suis habitée du désir de le faire connaître et de le servir.  En 2004, j’ai eu la chance de rencontrer une extraordinaire femme prêtre anglicane, et c’est à partir de là que j’ai compris que mon appel était peut-être vers le sacerdoce. Je suis mariée et mère de 6 enfants.  J’ai commencé l’an dernier avec mon mari des études en théologie à l’université Laval (catholique) de Québec.  Quelles sont les étapes à franchir pour accéder au sacerdoce dans votre manière de faire?
Johane Filiatrault    2006 02 15
St-François-du-Lac, Québec
Canada

… Mon mari et moi sommes actuellement inscrits à un certificat en théologie à l’université Laval de Québec.  Nous en sommes à notre 3e cours à distance, à raison d’un cours par session puisque nous sommes également sur le marché du travail.  Nous nous sommes inscrits à ces cours afin d’y poursuivre notre discernement vers la vocation sacerdotale; mon mari ressens comme moi un appel au sacerdoce.  Il y a quelques années, il a d’ailleurs été approché pour le diaconat mais il avait répondu à notre curé que tant que les femmes n’y seraient pas admises, il ne pouvait ni ne voulait aller dans cette direction, par simple solidarité devant ce qui lui semble être une situation d’injustice face aux femmes, sachant que je me sens au moins aussi appelée que lui.  Une question s’en suit donc, si je veux également être solidaire de mon mari: est-ce que vous ordonnez également des hommes?

Johane Filiatrault    2006 02 22

Bonjour Johane,

J’ai envoyé votre courriel à Michele Birch-Conery, ordonnée prêtre en juillet 2005.  C’est elle qui s’occupe de l’accompagnement des candidat(e)s canadiens.

En réponse à vos questions :

– les unités se font à distance

– oui, nous ordonnons aussi des hommes

J’espère bien que le programme répondra à vos attentes et à vos aspirations. Bonne journée à vous deux,

Danielle      2006 02 22

Johane, while I was at our retreat in Sudbury after the Pittsburgh ordinations, I had time to read your wonderful and beautiful writing. I am almost finished with your prayer journal reflections from over the years and they are exquisite.I am quite sure that Patricia and I will inform you of your acceptance as candidates before I come at the end of the month. She is still in the Sudbury area and won’t be home for a few days but just as soon as I finish both your writings I’ll discuss your candidacy with her.

See you soon,

Michele    2006-08-07 15:11

 

Merci Johane et Jean,

I had just been thinking that you might have more questions to ask me about Unit 2 but here you have sent it. That’s terrific !I have thought often about our visit and your lovely children. I think I had 4 sets of photos made but I haven’t picked them up yet. I sure look forward to seeing and remembering everyone. It was a fine learning and community time that we had together.

Thanks again for your support and hospitality.

Much love,

Michele    2006-09-07

 

Dear Johane and Jean,
I’m forwarding you and adnvent message and a lovely description of our current evolution regarding diaconate ordination.Hope all is well with you there. Did yhou receive my e-mail telling you of Bishop Fresen’s willingness to ordained you privately in your home?
Much love,
Michele  Saturday, December 02, 2006

 

PURPOSE OF TRANSITIONAL DIACONATE IN RCWP:
(Note that we don’t « do » Permanent Diaconate).

The usual purpose of the transitional diaconate among the male clergy is
to give the young man practice in liturgical and pastoral ministry.  The
deacon stands with the priest at the altar and assists him, preaches,
assists at baptisms, funerals and weddings, works with parish youth
groups, makes visits to parishioners and old age homes and attends
parish functions and meetings so that he learns how a parish functions.
The normal duration of the transitional diaconate is six months.

Our situation is rather different.  We do not have parishes.  Many of
the women ordained by us are very well theologically prepared and have
had long and rich pastoral experience.  They do need help in how to
celebrate Eucharist and in preaching and this is the main purpose of the
RCWP diaconate and is ideally done within a community.  This sacramental
mentoring and practice in preaching can, however, take place before and even continue after ordination, if necessary, since most womenpriests do not move into a parish situation.

Let us remember that our RCWP community is still in the early stages and
we have by far not settled into « normal » conditions.  So the decisions
we make are often still emergency measures. The ideal is that a candidate is ordained a deacon within and with the support of a
community.  She then ministers as a deacon within that community for at
least six months, after which she is ordained with the support of her
community and then ministers to them as a priest.  A few of our RCWP
women are in this situation; most, unfortunately, are not.  We need to make decisions according to the situations in which we find ourselves and hopefully our circumstances will improve as we move forward.

Many of the reasons for speeding up priestly ordinations are very
practical ones and have to do with such factors as age, qualifications,
experience, maturity and practical considerations like the distance from
Europe to N. America, etc.

To sum up, the main reasons for shortening the time of diaconate are:

1. Because of their age, theological qualifications and experience,
these women are ready for priesthood.  Some are extremely well qualified
in every respect: theologically, liturgically, pastorally.  Unlike the
men who are often ordained in their 20’s or 30’s, these women should not
be kept waiting any longer.  Many are already in their 60’s.

2. The distance and cost of travelling from Europe to N. America makes
it difficult to have priestly ordinations six months after diaconate
ordinations.  Making womendeacons wait a whole year for priestly
ordination often seems too long if they are well qualified and ready.
This will change once there are bishops in North America. And because of
the problems that have arisen among the bishops, it would probably not
work to invite one bishop to do a diaconate ordination and another
bishop for the priestly ordination of the same ordinands.  Probably
neither the bishops concerned nor the ordinands would be happy with
this.  It may well work later, when there are North American bishops.

3. We also need to enlarge the pool of priests so that there will be
more choice when it comes to electing bishops in N. America.

4. Since we do not have parishes anyway, there is neither the same need
nor the opportunity for « learning the ropes » in a parish during the usual six months of diaconate.

5. Note that the bishop can dispense from the six months’ duration of the diaconate.  When I was at the seminary in South Africa, the bishop
sometimes shortened this for older men.  We bishops therefore can dispense with the six months’ diaconate for good reasons and we believe that our reasons are good, especially #1 above.

As the Regions get their structures in place, there will be structures set up for deciding about diaconate and priestly ordinations and the duration of the diaconate for individual candidates. These structures are not yet in place, so we are still operating as we have done up to now. I believe we are doing the best we can in the situation in which we find ourselves.

I hope this helps to clarify issues around the diaconate.

Loving greetings,
Patricia




 

Bien chère Michele,
Oui nous avons bien reçu ton dernier email, qui nous a apporté joie et confirmation: c’est en effet pour nous un sujet de réjouissance de pouvoir vivre chez nous cette consécration.   Il nous semble plus signifiant de vivre cet évènement au lieu même où nous exerçons notre apostolat.  Nous serons très touchés de recevoir chez nous l’évêque que nous recevrons comme étant – symboliquement – le Christ lui-même qui viendrait jusqu’à nous.

Excuse-nous d’avoir tardé à donner de nos nouvelles: nous étions entièrement pris ces dernières semaines par le lancement de notre film historique « Conte-moi l’histoire » qui a eu lieu ce vendredi.  Enfin accouchés! nous sommes fiers du fruit de notre labeur.  Les invités à la première du film ont vraiment beaucoup apprécié notre court-métrage, au delà de nos espérances.  Nous terminerons le week-end prochain notre cours à l’université et nous nous consacrerons ensuite à la rédaction de l’unité 3.

Pour ce qui est de la réflexion de Patricia sur le diaconat, et tenant compte du fait qu’elle nous invite à poursuivre sa réflexion, nous aimerions partager avec vous tous et toutes, notre compréhension de ce sacrement.

Il nous semble que nous devrions comprendre le diaconat comme le fondement permanent du sacerdoce.  En ce sens que le sacerdoce – qui est le service de Dieu – prend son sens et sa source dans le diaconat – qui est le service de l’être humain dans ses besoins corporels, affectifs, psychologiques et spirituels.  Le sacerdoce n’a de sens que lorsqu’il est profondément enraciné dans le service de l’être humain. « Si  un frère ou une soeur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise: « Allez-en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous » sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il? »  Jc 2, 15-16

Même chose pour les besoins psychologiques ou affectifs des personnes que le Seigneur nous confie : leur annoncer l’évangile ne peut se faire que sur la base d’un solide lien humain déjà établi avec eux.  Sinon la Parole proclamée ne trouvera pas d’écho en eux et restera sans fruit.  Un coeur de prêtre devrait être d’abord et toujours diaconal, un coeur qui aurait toujours souci des besoins des personnes, un coeur de serviteur.  Ainsi, être prêtre nécessite d’être d’abord et toujours diacre.

Perçu ainsi,  le délai entre l’ordination diaconale et l’ordination sacerdotale importerait peu : il s’agit de discerner où en est la personne dans son cheminement et son sens du service. Une fois acquis ce sens du service, le sacerdoce serait dès lors possible, tel que le propose Patricia, quel que soit le délai entre les deux ordinations.
Mais, de son côté, le diaconat pourrait demeurer permanent, parce qu’on peut réaliser entièrement sa vocation baptismale à travers un ministère de service auprès des personnes appauvries ou fragiles. « Les douze convoquèrent alors l’assemblée des disciples et leur dirent: « Il ne sied pas que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables.  Cherchons plutôt parmi vous, frères et soeurs, sept personnes de bonne réputation, rempli(e)s de l’Esprit et de sagesse, et nous les préposerons à cet office; quand à nous, nous resterons assidu(e)s à la prière et au service de la parole… La proposition plut à toute l’assemblée. »Ac 6, 2-5

Ce passage des Actes ne doit bien sûr pas être entendu comme un incitatif à délaisser le service concret des personnes au profit d’une activité « supérieure ».  Il s’agit plutôt de répondre à un appel personnel, ou de correspondre à un charisme particulier, qui n’est pas nécessairement sacerdotal.  Il revient à ceux qui en ont reçu la charge de bien discerner l’appel de chacun: diaconal, sacerdotal ou épiscopal.  François d’Assise serait un bon exemple de diacre permanent réussi!

Un ordre ne vient pas remplacer l’autre: ils s’ajoutent les uns aux autres. On devrait percevoir chaque degré d’ordination comme une charge supplémentaire.  Un(e) appelé(e) au sacerdoce, en plus d’être toujours diacre, reçoit la charge supplémentaire du service sacerdotal.  Et un(e) épiscope reçoit en plus la charge du service de l’unité.  À certains, 1 talent est confié, à d’autres 5 et à d’autres 10.  À Dieu de confier les charges pour le bien de tous.

Voilà les quelques réflexions que nous avions envie de partager avec le groupe, si tu le juges à propos.
Que l’esprit d’attente qui traverse l’Avent soit le souffle qui nous pousse en avant!  À bientôt.

Johane et Jean   Dimanche le 3 déc. 2006

 

—– Original Message —– From: Michele Birch-Conery
To: [email protected]
Sent: Friday, October 06, 2006 1:04 PM
Subject: Unit 2

Dear Johane,
I have finished reading your wonderful writing in Unit 2.  I was deeply moved by all of it but truly loved the 2 baptisms: H20, Fire and Snow. There references to Teresa of Avila were truly beautiful and apropros.You speak to the fire of another’s heart in these works d I’m wondering if you
are ready to speak publically. I think the others on our Wisdom Sophia Leads site would benefit from reading your reflections and I’d like to upload your flawlessly written papers in French, just as they are. It would deepen and open our understanding of each other on this journey together and it would draw our priesthood from each of us more completely by hearing each other.
Yes, the French text might be a challenge for some but they can try and Marie, when she has time would translate these texts in any case.
Let me know as I would not want to do this without your permission. Let me acknowledge that you are the kind of person you ask that you should be were you to be ordained.
I saw that when I met you but I see it more clearly when I read your spoul dialogues with God, these prayers which are deeply mystical. It is wonderful too, that you  feel free to share what is common to us all if we let it come…genuine union with the Divine.

Dear Jean
I appreciated your reflections especially about infant baptism and the role of the parents and grace reaching the subconscious and preparing the infant for what’s to come later.Your are very clear about the wonderful call this Sacrament brings to the adults in the child’s life and in the myriad ways they must be guardians and mentors and models for the development of the child’s relationship with God.

I saw this at your home. You have very happy children who are polite and respectful with you and each othe. Your way of sharing grace before meals and in all of your interactions is very warm and comfortable. . What you wrote made me think  about adult commitment and when we have infant baptism, perhaps the Sacrament of Confirmation should be much more clearly re-thought as a very deep commitment to the realities of service in the Christian Community.

I would like to upload your writing to the Wsidom Sophia Leads site for others to read (in French as they are able) and when she has time, Marie will translate it.
I invited you to join the site last night and I have created a category in the left hand column called « Program Reflections ». That is where I would put yours if you would giv me permission.

Soon I will be writing a letter to all of the candidates about where we are now in our Canadian RCWP evolution and how we got here and then open us all up with each other for creating who we will become.

Jean, I know you will translate what I have written to Johane
and I was pleased with how much I understood of your writings. You are both developing in your expression of your beliefs in a way that brings out your Spirits that have been hidden unless given a chance for expression through this program of reflections and preparationg for priesthood and it is a joy for me to participate inexperience this very delicate opening with candidates.

I will join Ouvirier de Paix. Neither Marie nor I have had time to do this yet. When Marie is ready, we can discuss posting your work there as well as some of the others which Marie would translate into French and in that way open the discussion about the journey to priesthood for the French candidates– as they arrive.
Much love,
Michele

2006-10-09 13:01
Merci Johane and Jean,
Thanks for permission to upload your work on our little site, hardly the final one, because it will helps us all to share these works.

Thanks for the permission.
Much love on this Thanksgiving Day,
Michele

 

2006-11-16 10:54

Bonjour à vous,

Je m’étais engagée à essayer de tisser des liens entre les membres de RCWP d’expression française. Voici ma première tentative.

Tout d’abord je voulais dire à Johane et à Jean ma grande joie d’avoir pu enfin vous rencontrer lors du colloque de Montréal.  Depuis, j’ai eu l’occasion de souffler un mot à Michele au sujet d’une possible célébration de votre ordination au diaconat, Jean et Johane, chez vous à St François du Lac. Dans l’intimité, c’est très priant et ça permet à tous et à toutes de participer plus activement. La célébration, à l’exception des prières de l’évêque, pourrait se faire en français, ce qui correspondrait je pense beaucoup mieux à la réalité de votre communauté.

De tout cœur, je vous embrasse dans la joie et la paix du Christ,  Marie

 

2006-11-29 09:14

Dear Johane and Jean,

This E-mail brings you the good news of Patricia Fresen’s agreement that we can have a private diaconate ordination at your home for you soon after Marie’s ordination in May/2007.

I’m thinking that the large space of your dining room/liiving room would be sufficient for this Sacramental rite with guests. The chapel is too small unfortuantely.

Congratulations. This is truly exciting. All graces be with you.

Much love,

Michele

Bonne année à toi aussi, Holly! (Holly est pasteure de l’Église Anglicane de Sorel avec laquelle nous avons cheminé chaque dimanche avant de joindre le RCWP)

Nous sommes conscients que notre départ de la communauté de Sorel a été plutôt abrupt…  Nous avons pourtant beaucoup apprécié l’expérience d’Église vécue avec vous tous.  Mais notre aspiration au sacerdoce nous a menés ailleurs, dans des voies vraiment inattendues et surprenantes.  Nous avons approché au printemps dernier l’initiative pour le sacerdoce des femmes catholiques (femmes ordonnées sur les bateaux), et nous leur avons demandé de nous accepter comme candidats, Jean et moi. Leur réponse positive nous a beaucoup enthousiasmés.  Depuis nous poursuivons avec elles notre formation et notre préparation.  Nous avons reçu chez nous en août pour deux jours la responsable canadienne des candidats, Michele Birch-Connery, et nous avons vécu avec elle des moments spirituels intenses.  Nous avons été rassurés par l’équilibre, la chaleur humaine et la grande simplicité de cette femme de Dieu.  Du coup, toutes nos craintes face à ce mouvement neuf dans l’Église sont tombées et nous poursuivons dans la paix notre chemin avec elles.
Nous serons ordonnés diacres en mai.  L’évêque allemande, Patricia Frasen, viendra nous ordonner chez nous.  Cette sobriété  de la démarche nous convient tout à fait.  Nous croyons tout à fait en cette nouvelle forme d’Église – domestique en quelque sorte. Pour ce qui est des Ouvriers de Paix, nous poursuivons leur intégration sur la ferme chez nous.  Depuis mai, nous avons déjà installé le bureau ainsi qu’un vestiaire où nous offrons des vêtements à prix modique.  Nous nous apprêtons à bâtir une salle de petite dimension, au printemps, pour poursuivre nos activités communautaires.
Nous serions vraiment très heureux que tu nous visites quand tu viendras pour la messe à Odanak.
On nous demande d’avoir un mentor prêtre pour nous aider dans notre préparation sacerdotale.  Peut-on te considérer comme tel?  Tu es parmi les prêtres qu’on connaît, celle qui reste la plus signifiante pour nous…

À bientôt.

Johane et Jean

 

Bonjour Johane,

Merci de l’invitation pour votre ordination diaconale du 19 mai. Je demeure convaincu qu’il y a chez toi et Jean un élan du coeur qui vous pousse à aller dans cette direction. Je peux dire que je t’ai connu un peu et que j’ai apprécié tes convictions croyantes, ton amour des jeunes et ton sens du don.

Je ne serai pas présent à cette ordination mais je demanderai au Seigneur de vous accompagner sur cette nouvelle route. Votre choix n’ira pas sans blessure et rejet mais je prie pour que l’Esprit se répande en vos coeurs.

Que le Seigneur vous bénisse et vous garde! Qu’Il vous garde dans sa paix!

 

Merci de tes bons voeux, Yves!  La journée de samedi a été pour nous deux remplie de grâce.  La femme évêque qui nous a ordonnés est vraiment une personne hors du commun, remplie d’un profond amour.

Elle est d’origine hollandaise, née en Afrique du Sud où elle est devenue Dominicaine puis directrice d’école.  Elle a été emprisonnée pour avoir ouvert son école aux noirs sous le régime de l’appartheid.  Elle a ensuite fait son doctorat  en théologie à Rome, seule femme parmi les séminaristes.  Il lui est devenu évident qu’une même injustice fondée sur l’apparence physique sous tendait l’appartheid et l’impossibilité pour les femmes d’accéder au sacerdoce.  Elle a donc librement choisi de briser les barrières du sacerdoce sans l’accord des dirigeants de l’Église, comme elle avait choisi de le faire en Afrique pour rendre justice aux noirs.  Elle est vraiment un exemple vivant pour nous.

Nous comptons vivre notre ministère auprès des distants que nous rencontrons à travers l’oeuvre des Ouvriers de Paix, des gens qui ne se retrouvent pas dans l’Église institutionnelle mais qui ont une sincère quête spirituelle.

Paix et amitié,

Johane Filiatrault  22-05-07 18:30

Bonjour Michèle,

Nous réfléchissons beaucoup à ce que tu nous a partagé hier de ton désir d’ouvrir des voies nouvelles pour une formation intégrale et    plus globale des nouveaux prêtres.  Nous croyons profondément que    c’est l’être entier du prêtre qui doit être formé, pas seulement son intellect.  La vieille formule des séminaires avait l’avantage d’offrir un milieu de formation global, ce que des études universitaires ne peuvent pas apporter, d’autant plus qu’actuellement, au Québec en tout cas, les cours de théologie des universités sont assez déconnectés de la vie spirituelle et se confinent trop souvent dans des connaissances académiques.  Nous sommes prêts à apporter notre concours à l’élaboration d’un programme de formation canadien qui remplacerait le bac et la maîtrise traditionnels, un programme intellectuellement et humainement solide qui permettrait aux candidats d’acquérir les outils nécessaires à un apostolat fructueux.  Un programme qui rejoint autant les aspects psychologique, spirituel, pastoral, sacramentel, scripturaire, communautaire qu’intellectuel.  Dans les jours qui viennent, nous prendrons du temps pour élaborer par écrit notre pensée là-dessus et nous te ferons parvenir cela dès que possible.

Paix et joie dans l’Esprit Saint! Cordialement,

Johane et Jean

 

La formation des prêtres dans le RCWP par Johane et Jean

Le RCWP est un mouvement progressiste qui devrait permettre à tous l’accès aux ministères ordonnés, sans distinction de genre, d’orientation sexuelle ou d’érudition.  Les ministères ordonnés sont un don très saint offert gracieusement par Dieu pour l’édification de son peuple.  C’est Lui qui appelle et qui envoie.  Il choisit qui Il veut, en regardant le cœur de la personne, pas ses diplômes.  C’est une chose d’être docteur(e) et enseignant(e), une bonne chose, nécessaire au peuple de Dieu (ici les diplômes peuvent avoir de l’importance, quoique l’on sache bien que Dieu est capable de distiller sa Science et sa Sagesse dans une âme, directement et sans intermédiaire).  C’est autre chose d’être berger(ère) ou prêtre.  Le rôle du prêtre ou du (de la) berger(ère) n’est pas tant d’enseigner – sinon les vérités fondamentales de la foi ou kérigme – mais plutôt de rassembler en montrant l’exemple, en encourageant, en reprenant, en exhortant.  Le rôle du (de la) prêtre est comparable à celui du père ou de la mère de famille : il (elle) doit aimer, veiller avec bonté sur les siens, pourvoir à leurs besoins et corriger leurs mauvaises tendances qui pourraient nuire à leur épanouissement et à celui des autres.  La transmission de l’érudition et de la connaissance n’est pas son rôle propre mais celui du professeur d’école.

             Nous croyons et affirmons avec force qu’il serait erroné et suicidaire pour le RCWP de n’ordonner que des intellectuels en exigeant – comme le fait l’Église catholique de Rome – que tous les ordinands détiennent une maîtrise en théologie.  Nous croyons qu’il s’agit là d’une ségrégation basée sur les capacités intellectuelles et sur le milieu social d’où sont issus les candidat(e)s.

             Fort heureusement pour le bien de l’humanité, notre Créateur a bâti des cerveaux de plusieurs types : certains sont brillament doués pour les activités manuelles et se servent génialement de leur talent pour bâtir le règne de Dieu sur la terre.  D’autres ont des compétences techniques remarquables et deviendront ingénieurs, chefs d’entreprises, inventeurs, etc, pour le plus grand bien de l’humanité.  D’autres ont reçu un cerveau capable de remarquables gymnastiques intellectuelles et d’une capacité de connexion hors du commun; selon que leur hémisphère gauche ou droit est le plus développé, ils deviendront artistes, musiciens, philosophes, théologiens, chercheurs, scientifiques ou docteurs.  Fort heureusement également, Dieu appelle des prêtres dans toutes les catégories de cerveau de capacité moyenne ou supérieure, que leur force soit manuelle, technique ou intellectuelle.  Il faut des bergers (ères) attirant(e)s et signifiant(e)s pour chaque type de personnes.  Il est aussi vrai d’affirmer que les gens plus manuels ne seront pas attirés par un(e) prêtre intellectuel(le) que d’affirmer qu’une personne intellectuelle ne sera pas attirée par un(e) prêtre non érudit(e).   Il est nécessaire pour le peuple de Dieu  d’avoir des prêtres issus de toutes les couches sociales et ayant des types d’intelligence variés, technique, manuelle ou intellectuelle.  Si le RCWP devient un bastion d’intellectuel(le)s, il sera vite déconnecté des préoccupations quotidiennes des classes pauvres et moyennes et perdra tout impact signifiant dans nos sociétés.

             Qu’est ce qu’un(e) ministre ordonné, prêtre, diacre ou évêque?   Jésus n’a ordonné personne, mais il a choisi douze personnes parmi ses disciples pour leur confier particulièrement la transmission de son enseignement (kérigme) et le témoignage de leur foi en Lui : ils sont des piliers dans Sa Maison, par la force de leur FOI, l’ardeur de leur CHARITÉ et la constance de leur ESPÉRANCE.  Il fait d’eux, ni plus ni moins, les gardiens de leurs frères.  Telle est leur seule autorité : ils doivent veiller sur le troupeau du Christ et auront à rendre compte de ceux qui leurs sont confiés.  Pour le reste de leur mission, diacres, prêtres, ou évêques – tous apôtres – sont envoyés au même titre que les autres disciples de Jésus dont la mission est de proclamer la joie du règne du Christ, de guérir les maladies spirituelles, de ressusciter ceux que le péché a terrassés et de partager le Pain de Vie aux affamés.  « Ceux que Dieu a établi dans l’Église sont premièrement les apôtres, deuxièmement les prophètes, troisièmement les docteurs. » 1 Co 12, 28

                Comment préparer un ministre ordonné à être un bon ministre?  Jésus a préparé ses apôtres en se les attachant, point à la ligne.  « Venez et voyez » a t’il répondu aux premiers qui ont reconnu en Lui un maître et qui ont voulu apprendre de Lui (Jean 1,39).  « Voyez qui je suis, voyez mes œuvres ».  Son but premier n’était donc pas de les enseigner, sinon il aurait dit : « Venez et écoutez ».  Les premiers apôtres cherchaient un maître, donc un enseignant, mais Jésus ne voulait pas tant les enseigner que de leur faire vivre une expérience de Dieu en sa compagnie.  Il veut leur faire voir et goûter que le règne de Dieu se réalise en Lui et à travers Lui.  Il veut qu’ils se réjouissent au contact de Dieu et qu’ils aillent ensuite annoncer cette joie aux autres.  Pendant trois ans, Jésus a amené ses disciples et apôtres à contempler : il leur parlait de Dieu et des réalités spirituelles par des images toutes simples tirées du quotidien, élevant ainsi leur âme du créé vers l’invisible; il leur a fait toucher sa divinité par des actes de grande miséricorde et par des actions remarquables prouvant sa maîtrise sur les éléments et les puissances ; il les a transportés aux sommets spirituels par sa transfiguration et ses apparitions comme ressuscité.  Puis, alors qu’ils étaient en prière, il les a tous remplis de son Esprit Saint, par une effusion d’amour qui les profondément transformés.

             Voilà comment Jésus a préparé ses apôtres à leur ministère.  Il les a également formés en les envoyant pour des missions expérimentales tout au cours de leur séjour avec Lui.   Pouvons-nous imaginer former des apôtres en empruntant d’autres voies?  Les docteur(e)s en théologie se forment à l’université.  Les diacres, prêtres et évêques se forment à l’école du Christ, dans la prière, la méditation des écritures saintes, la vie ecclésiale et la pratique de l’apostolat.   Nous concédons qu’ils devraient généralement avoir au minimum l’équivalent d’un an d’études universitaires en théologie afin d’acquérir les outils intellectuels de base nécessaires pour communiquer les vérités de la foi à toutes les catégories de personnes, intellectuelles y compris.

            Mais que peut signifier, dans le concret, se former à l’école du Christ?  Jésus a dit : « Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur » (Matthieu 11,29).   Ici encore, on aurait pu s’attendre à ce qu’un maître vante plutôt ses qualités intellectuelles et sa science afin d’inciter les élèves à se mettre à son école.  Mais tel n’est pas le cas de Jésus.  Il insiste plutôt sur ses qualités de cœur, invitant ses disciples à venir apprendre de Lui.  C’est l’être spirituel qu’Il veut former en ceux qu’Il envoie, unifiant pensée, affectivité et corporéité en un tout harmonieux et équilibré.  Voilà donc ce que doit intégrer un(e) ordinand(e) à l’école du Christ : il doit être guidé de manière à devenir un être spirituel, c’est à dire un être pensant, aimant et agissant à la manière du Christ.  Ce ne sont certainement pas des choses qu’on apprend actuellement dans les universités!

             Le grand défi actuel du RCWP est donc de former ses candidat(e)s de façon intégrale et crédible pour notre temps.  Particulièrement ici au Québec, ce n’est très certainement pas des diplômes et de grandes théories théologiques qui vont ouvrir le cœurs à l’accueil du Christ.  Seul(e)s des témoins brûlés par l’Amour de Dieu pourront ouvrir le cœur de ce peuple profondément blessé par un cléricalisme outrancieux et par l’abus de pouvoir de l’institution catholique, subi dans un passé trop récent encore.

 

Bonjour, Johane et Jean,

Certaines exigences sont incontournables. Il n’est pas question d’ordonner les personnes qui n’ont pas fait l’équivalent d’une maîtrise en théologie (ou le Bac pour les personnes âgées de plus de 55 ans). Pour tout résumer, Patricia n’acceptera pas de vous ordonner au sacerdoce avant que vos études théologiques soient terminées. C’est une question de crédibilité pour le mouvement RCWP.

À la réunion où il a été question des candidates et candidats canadiens, j’ai apporté vos relevés de notes, j’ai parlé des cours que vous aviez suivis comme auditeurs libres chez les Dominicains. Le dossier universitaire est incomplet. Michele, Patricia et moi sommes d’accord que nous ne pouvons faire d’exception dans votre cas. Ni votre apostolat, ni votre manière de vivre l’Évangile, ni votre spiritualité ne sont en cause – nous avons toutes les trois été très impressionnées par la qualité de votre engagement à suivre Jésus Christ. Vous n’en êtes peut-être pas convaincus, mais il faut une formation théologique (intellectuelle, spirituelle et psychologique) solide afin de pouvoir « rendre compte de l’espérance qui nous habite ». Même les Petits Frères de Jésus, qui sont prêtres et qui travaillent auprès des plus démunis, ont fait des études théologiques, souvent très poussés. (C’est pour dire que la formation intellectuelle n’empêche pas de tenir le même langage que les pauvres…)

Alors, comment aller de l’avant? Voici ce que je vous propose, suite à mon entretien avec Michele et Patricia. Il s’agirait donc pour toi, Johane, qui aspire au sacerdoce, de poursuivre tes études et de reprendre les unités de préparation seulement lorsque les cours universitaires seront complétés. Il n’y a pas vraiment de limite de temps pour le diaconat transitionnel.

J’espère que tu n’abandonneras pas, Johane. Ça peut paraître très long, mais souviens-toi que certaines d’entre nous ont attendu 40 ans, plusieurs d’entre nous sommes plus âgées que toi déjà… dont moi, ordonnée à 66 ans!

J’attends de tes nouvelles et je tiens à t’assurer que je te porte dans ma prière. De tout cœur,  Marie

 

15 novembre 2007 06:50

Bonjour Marie,

Je me sens trompée dans la confiance que j’avais mise dans le RCWP. Votre décision nous semble bien déconnectée de notre réalité…  Puisque je ne peux suivre qu’un cours par session, si je ne prends aucune vacances, j’aurai terminé ma maîtrise dans plus ou moins 14 ans!  S’agit-il d’une décision irrévocable ou si notre cause peut-être portée en appel?

Johane Filiatrault

 

Bonjours, Johane,

Je comprends très bien ta déception, mais ça ne change pas la réalité plus grande dont doivent tenir compte celles qui sont responsables d’assurer la crédibilité des personnes ordonnées dans le RCWP. Ce n’est jamais de gaieté de cœur qu’on demande aux candidates de mettre leur rêve de prêtrise en veilleuse le temps de se donner la formation requise.

J’espère, comme je le soulignais dans ma lettre, que tu ne perdras pas courage, Johane. N’oubliez pas que vous êtes déjà ordonnés diacres et c’est loin d’être rien.

Unie avec vous dans l’apostolat et la prière,

Marie  16-11-07 14:53

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *